Lettre de démission au Mouvement Réformateur

Monsieur le Président,

A la suite des événements récents, et de ma démission en tant qu’échevin, j’ai décidé également de démissionner en ma qualité de membre du Mouvement Réformateur.

Cette décision a été murement réfléchie.

Tout d’abord, dans l’exercice de ma fonction d’échevin, j’ai été trop souvent confronté à des situations embarrassantes n’ayant jamais été éclairé sur la ligne de conduite à suivre ni sur les attentes du parti. En effet, alors que, en conscience, je m’efforçais de prendre les positions que j’estimais les meilleures pour la Ville de Charleroi et de ses habitants, j’ai compris que le parti qui était le mien était à l’inverse, trop souvent, guidé par des considérations tactiques dont je ne maitrisais pas les contours. Les difficultés auxquelles est confrontée la Ville de Charleroi sont telles que ces démarches me sont apparues particulièrement inappropriées. Les exemples sont nombreux, mais je ne peux oublier la position prise par le MR dans l’affaire des plaines de jeux.

Ensuite, lorsque j’ai été injustement mis en cause pour avoir prétendument utilisé du personnel communal à mon souper caritatif, je n’ai eu que très peu soutien au sein de mon parti. Certains en ont même profité pour régler des comptes et cela alors même que leur attitude passée, dans cette même problématique, auraient dû les inciter à la plus grande des circonspections. Il m’est aussi particulièrement désagréable de constater que ceux qui m’adressaient, dans un cadre privé, des messages de soutien se sont totalement abstenus de le faire publiquement.

Issu de la société civile, j’ai considéré qu’il était de mon devoir de consacrer douze ans de ma vie à la Ville qui est la mienne. Je ne devais pas dès lors être un rival pour les professionnels de la politique et pouvait ainsi offrir à mon parti, une indépendance d’esprit, une énergie et un regard neuf sur la vie politique. Je comprends aujourd’hui que cette démarche ne pouvait se concilier avec la manière dont fonctionne le MR à Charleroi, ce qui me conduit à démissionner.

Fort de la confiance des électeurs, je continuerai à exercer mon mandat de conseiller communal en y siégeant comme indépendant.

Enfin, je tiens à dire mon amitié et ma reconnaissance à ceux qui, au sein du MR, m’ont apporté leur soutien. Je ne doute pas qu’ils se reconnaîtront.

ALAIN EYENGA
Conseiller Communal

AFFAIRE SADIA : Place Ă  des valeurs citoyennes

« L’affaire Sadia », cela vous évoque-t-il quelque chose ? Pour rappel, Sadia était une jeune pakistanaise de 20 ans, assassinée par son frère Mudusar le 22 octobre 2007, parce qu’elle ne voulait pas consentir à épouser le jeune homme que ses parents avaient choisi pour elle. Par son refus, elle aurait déshonoré sa famille et aurait donc mérité l’ultime sentence, la mort.

Lire la suite »

Charleroi : le nouveau collège est désormais connu

Nouvelle semaine importante pour Charleroi. C'est jeudi soir en effet que le nouveau collège communal sera désigné, lors d'un conseil communal extraordinaire. Le trio qui pilotait la Ville depuis 2007 aura alors disparu. Exit Viseur et Ficheroulle. Parmi les derniers venus, notons l’arrivée de Cyprien Devilers.

La suite de l'article sur le site RTBF.BE Info

COMMUNIQUÉ

Alain EYENGA a décidé de renoncer à l’exercice de ses fonctions d’échevin de l’Environnement, de la Propreté et de l’Ecologie urbaine de la Ville de Charleroi. Cette décision prendra effet lors de la démission collective du collège qui doit intervenir dans les tout prochains jours.

Alain EYENGA, qui vient de la société civile, s’est efforcé, tout au long de son mandat, d’exercer ses fonctions dans le seul intérêt de la Ville et de ses habitants, et cela avec un souci constant d’indépendance.

Il est affirmé, aujourd’hui, dans certains médias, qu’il serait renvoyé devant le tribunal correctionnel pour avoir utilisé illégalement de la main d’œuvre de la Ville dans le cadre d’une manifestation privée.

Alain EYENGA entend souligner que, en l’état actuel des choses, il n’est pas renvoyé devant le tribunal correctionnel et qu’il conteste de la manière la plus solennelle qui soit s’être rendu coupable d’une infraction. S’il est exact que certains membres de son cabinet ont participé à une manifestation caritative organisée par ses soins, il leur avait expressément fait savoir qu’ils n’étaient tenus par aucune obligation, qu’ils seraient plus utiles en travaillant au sein du cabinet et que s’ils décidaient néanmoins de l’aider dans ce cadre privé, ils se devaient de prendre congé.

Il apparaît que si certains d’entre eux n’ont pas respecté ces injonctions claires, c’est en raison de mauvaises habitudes, héritées du passé, lesquelles n’ont jamais été cautionnées par Alain EYENGA, ni d’ailleurs systématiquement sanctionnées par les autorités judiciaires.

Alain EYENGA estime, cependant, qu’eu égard à l’entreprise de déstabilisation dont il est l’objet, et dont les faits évoqués ici ne sont qu’un aspect, il ne dispose plus de la sérénité, de l’autorité et de l’indépendance nécessaires à l’exercice efficace de ses fonctions d’échevin. Il continuera, cependant, à exercer pleinement les fonctions de conseiller communal, profitant des mois à venir pour faire reconnaître son innocence et surtout pour servir au mieux les intérêts de la Ville et de ses habitants.

Il profite de l’occasion pour exprimer sa reconnaissance à ceux de ses collègues échevins qui ont inlassablement consacré leur énergie pour, au delà des intérêts partisans, rendre à Charleroi et à ses habitants tout le respect qu’ils méritent.

Lire la suite »

Merci Les Molières et Mocassins

Je remercie la troupe "Les Molières et Mocassins" pour ce montage. Vous pouvez les retrouver sur leur site ou au Petit Théâtre de la Ruelle à Lodelinsart.

Nouvelle action du service S.O.S. Pollution !

Intervention Ă  la rue de l'Alliance Ă  Jumet

L'article de La Dernière Heure
Le reportage de Télésambre

La Sainte-Catherine aussi Ă  Parentville

L'ASBL nature, dont son président, Alain Eyenga ont distribué diverses essences d'arbres à l'occasion de la Journée de l'arbre 2010... Consulter l'article de presse ici